Fr 1res – Cours du 17 novembre : La mode vestimentaire à la Renaissance

Introduction

La Renaissance est une période qui commence en Italie au XIVe siècle et se répand pendant les décennies suivantes. Les vêtements sont plus décoratifs et plus élégants. L’influence italienne consiste à donner plus de grâce au corps.

  1. La mode féminine

Ex : Catherine de Médicis

Elle est vêtue d’un tissu épais recouvert de pierres précieuses, de fourrures, de boucles d’oreilles et a une taille cintrée avec un corsage pointu, recouvert d’une cape.

  1. La mode masculine

Les hommes portent en bas des chausses (collants) et des hauts-de-chausse, et en haut un pourpoint et un manteau (ex : casaque, à courtes manches). La chemise est un élément important avec le chapeau de feutre et les chaussures fermées.

La mode espagnole se répand à la fin du XVIe siècle avec des motifs plus minutieux et un corps entièrement recouvert de tissu. La cape est ainsi un manteau espagnol sans manche de la deuxième moitié du XVIe siècle.

Conclusion

La mode vestimentaire est fortement influencée en France par l’Italie et l’Espagne. On relèvera par exemple la fraise, un col que les personnes de la noblesse et de la haute bourgeoisie portaient. Les Réformés, eux, se distinguent souvent par un habit modeste.

Pour prolonger cet exposé par une étude des couleurs prisées par les Réformés à la Renaissance, écoutez le podcast suivant de 19:40 à 23:40.

https://www.franceculture.fr/emissions/hors-champs/des-gouts-et-des-couleurs-avec-michel-pastoureau-le-bleu-15

Fr 1res – Cours du 12 novembre : Etude du 3e texte, Jean de Léry au Brésil

Voici le résultat de notre travail en classe sur le texte de Jean de Léry :

Introduction

[accroche] Après 1492 et la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, une vague successive de découvertes s’enchaîne à travers le monde et certains Français comme Jean de Léry s’installent dans des colonies au Brésil.

[présentation] Jean de Léry est un protestant qui s’est réfugié dans un village d’Indiens suite à conflit dans sa colonie française. Son texte est un récit de voyage qui porte témoignage de la vie au Brésil à l’époque. Il y prend la défense des Indiens, ce qui inscrit son texte dans le genre de l’argumentation.

Groupe 1

CitationProcédé littéraireSens
1« comme d’un appât ordinaire à convoitise » (l. 8)comparaisonDescription péjorative de la nudité des Indiens par les Européens
2« sauvages tous nus » (l. 5)Périphrase pour désigner les Indiens + ironie puisque Jean de Léry ne pense pas qu’il s’agit de sauvagesReprise par l’auteur du terme polémique « sauvage » pour donner son opinion contraire à celle des Européens
3« attifets (…) robes sur robes » (l. 10-11)Enumération + accumulationL’auteur insiste sur la superficialité des femmes européennes : il fait leur blâme
4idemParataxe (= absence de conjonctions de coordination et de subordination)Alourdissement du rythme de la phrase qui accentue l’effet négatif  de l’accumulation
5« et autres infinies bagatelles » (l. 12)Terme générique (bagatelles) à la fin de l’énumération de 8 accessoires vestimentairesL’auteur ne ferme sa liste, elle reste ouverte avec « infinies »
6« sauvages tous nus » (l. 6), « ils étaient nus » (l. 16),  « nudité «  (l. 9 et 13), « le corps entièrement découvert » (l. 21)Répétition de « nus », dérivation de « nus » et « nudité », périphrase pour « nu »L’auteur décrit les Indiens en insistant sur leur nudité pour les défendre (genre judiciaire).
7« Ce n’est cependant (…) par-deçà » (l. 15-19)Argumentation de registre religieux : « sainte Ecriture »,  « Adam et Eve », « Loi de nature », « hérétiques »Le recours à ce type d’argument suppose que le lecteur partage la même opinion religieuse que Jean de Léry : ce texte est adressé à des Européens
8« cette nudité aussi grossière en telle femme est beaucoup moins attrayante qu’on ne cuiderait »Comparaison entre la nudité des femmes européennes et indiennes.L’auteur souligne qu’une femme nue n’est pas forcément désirable, « grossière » ; tout dépend de la culture.
  1. Un texte qui présente un blâme
  2. Des Indiennes
  3. Des Européennes
  4. Un texte dans lequel l’auteur prend position
  5. Pour défendre les Indiens
  6. Pour accuser les Européens

Problématique : En quoi l’auteur dresse-t-il des blâmes pour livrer sa position sur les cultures de son temps ?

Groupe 2

CitationProcédé littéraireSens/Qu’est-ce que ça nous apprend ?
1« tant à ceux qui ont écrit, qu’à ceux qui pensent (…) paillardise » (l. 4-6)Comparaison des auteurs et des lecteurs du même avisJean de Léry s’adresse à un public élargi qui a un avis différent du sien
2« toutefois » (l. 1, l. 8, l. 17, l. 18)Répétition du connecteur logique d’oppositionJean de Léry s’oppose à l’avis général des Européens sur les Indiens
3« les attifets (…) infinies bagatelles » (l. 10-12)Enumération + accumulationDescription négative de 8 pièces de vêtements portés par les Européennes
4idemParataxe (succession de propositions ou de phrases avec des signes de ponctuation)Accélération du rythme de lecture qui accentue la dimension négative de l’accumulation
5« ils vont ainsi le corps (…) louables » (l. 20-22)Opinion paradoxale de l’auteur, qui va contre celle de ses contemporainsJean de Léry s’adresse à un public élargi qui a un avis différent du sien et adopte leur point de vue pour le réfuter
6« plus pour l’honnêteté (…) mondanité » (l. 23-24)Comparatif de supériorité (plus que) =>  comparaisonJean de Léry compare les Européens aux Indiens à l’avantage des Indiens

Vous trouverez ci-dessous un exemple d’explication linéaire rédigée de ce texte :

Hum Ter – Cours du 10 novembre : Banque d’exemples sur l’éducation comme transmission et comme émancipation

L’éducation, conçue d’abord comme une transmission, peut aussi être l’occasion d’une émancipation

Dans Le Cercle des poètes disparus, des garçons sont dans un internat ; l’éducation est encadrée. Les élèves se rendent dans un lieu interdit évoqué par le professeur ; un élève en parle et la punition est collective. L’éducation parentale est aussi évoquée car un personnage veut devenir comédien contre l’avis de son père, ce qui mène au suicide de l’élève et au licenciement du professeur. Les méthodes éducatives de ce professeur sont originales : le professeur fait déchirer les manuels de littérature parce qu’il réprouve cette manière d’enseigner. La transmission se fait par l’école suivant 4 piliers : tradition, honneur, discipline et excellence. Le maître mot est le conformisme et l’éducation est plutôt tournée vers les sciences que vers la littérature. Le professeur est un « capitaine », un guide plutôt qu’un enseignant. L’éducation de l’école est du côté de la transmission et celle du professeur du côté de l’émancipation.

Dans Les Choristes, le professeur Clément Mathieu enseigne la musique, notamment à un élève, Morange, qui fait le cancre mais qui est alors éveillé à la musique. Dans une scène, alors qu’il doit être puni, le professeur le laisse chanter dans un moment de révélation à soi et aux autres. L’éducation est alors placée du côté de la recherche de soi mais aussi de la transmission.

Dans Le Sourire de Mona Lisa, une professeure d’histoire de l’art enseigne dans une université pour filles. Toutes les étudiantes ont le projet de se marier et n’étudient que pour trouver un bon mari. La professeure essaie de leur ouvrir l’esprit afin de les faire échapper à l’influence familiale. Une des élèves fait des études de droit et ne veut pas poursuivre car elle se destine au mariage. La professeure parvient à faire s’émanciper ces jeunes femmes alors qu’elles suivent par ailleurs des cours sur « comment faire croire à son mari que l’idée vient de lui ».

Dans Être et avoir, documentaire français, un professeur enseigne à une classe unique en Auvergne. Il tisse un lien avec chacun de ces élèves pour les faire évoluer ; par exemple, il fait découvrir le collège aux CM2 et se base beaucoup sur l’expérience et sur les erreurs de chacun plutôt que de punir (par exemple avec un élève qui aime mettre la main dans la peinture). L’une des élèves a un père malade d’un cancer et le professeur prend le temps de la conseiller, de la soutenir. L’émotion du professeur est perceptible à la fin de l’année car il s’agit d’une vocation et que cela se construit sur un lien humain, ce qui est touchant. L’éducation se place alors du côté de la recherche de soi, sur le plan affectif, et de la transmission de savoirs.

Dans La Guerre des boutons, de jeunes enfants s’affrontent, ce qui rappelle les tensions qui existent encore d’une école à une autre. Pour ces jeunes enfants, les règles sont celles du plus fort ; n’ayant pas de règles, ils se cherchent.

Mais l’éducation poursuit également des objectifs réalistes, à rebours de toute utopie

Le texte de Hannah Arendt, La crise de l’éducation, soutient l’idée d’une éducation aux objectifs réalistes. Le but est de préparer l’enfant au monde par la transmission de savoirs et de connaissances. Elle avance l’idée qu’il faut préparer l’enfant à un monde réel : « le rôle de l’école est d’apprendre aux enfants ce qu’est le monde ».

Dans le texte « Lettre aux instituteurs » de Jules Ferry, la première mission d’un instituteur est de livrer un enseignement moral et civique. Par ailleurs, la religion n’a pas sa place au sein de l’école. Ce texte poursuit des objectifs réalistes en éduquant la jeunesse pour le monde de demain.

Hum 1res – Cours du 10 novembre : Introduction au chapitre 2, L’autorité de la parole

L’autorité se définit de différentes manières.

Selon Gisèle Halimi, c’est la parole du choc qui fait autorité. Cette parole associe la raison (la conviction) et les émotions (la persuasion). Ce qui emporte l’adhésion des juges au procès de Bobigny, c’est le fait de dire des vérités qui étaient passées sous silence jusque là.

Selon Roger Bacon, l’autorité peut représenter un danger. En effet, elle fait partie des 3 causes possibles d’une erreur, avec l’habitude et le conformisme. L’autorité d’une parole, comme celle d’Aristote, ne doit être acceptée que si elle est conforme à la vérité. Il faut même préférer la vérité à l’amitié selon Bacon.

Selon Frédéric Worms, l’imagination fait souvent autorité dans les théories du complot. Mais la raison peut l’emporter car c’est elle qui définit l’être humain : « il ne faut pas désespérer de la vérité ».

Hum 1res – Cours du 10 novembre : Le procès de Socrate, éloquence, Histoire et philosophie

Vous trouverez ci-dessous la vidéo sur le procès de Socrate que nous avons regardée en partie, et analysée, en cours ; il s’agit d’un épisode de la série documentaire “Quand l’Histoire fait dates” de Patrick Boucheron diffusée sur Arte :

http://www.youtube.com/watch?v=-fEyYGGq4Ok

HLP 1res – Cours du 5 novembre : Méthodo de l’intro de l’essai et exposé sur les plaidoiries

Exposé de Mle Pouliquen et Mle Ferlin sur les plaidoiries au cinéma et dans la littérature :

Méthodologie de l’essai

Introduction

Accroche (sujet d’actualité, élargissement du sujet, contexte…) accroche

Définition des termes du sujetdéfinition

Problématique (phrase interrogative)problématique

Annonce du plan (« nous… », connecteurs logiques)plan

Fr 1res – Cours du 5 novembre : Commentaire composé du 2e texte de Montaigne, “Des Coches”

3. Deuxième étude de texte : Montaigne, « Des coches », Dialogue entre l’Espagnol et l’Indien

Pour commencer : faire le point sur les procédés littéraires que vous connaissez

Par exemple : Oxymore, métaphore, hyperbole, description (par opposition au récit, ou au discours), anaphore, champs lexicaux, connotations (positive, négative, péjorative, méliorative), discours direct/indirect…

Ensuite : dresser un tableau pour analyser le texte

CitationProcédé littéraireSens
1« Le plus grand prince » (l. 4) « toutes les Indes » (l. 6)Hyperbole avec le superlatif absolu (le plus) et le déterminant de totalité (toutes)But de l’Espagnol : impressionner l’Indien à travers l’insistance sur les titres qui font autorité chez lui
2« leurs déclarations habituelles » (l.3)« Habituel » prend un sens nouveau quand on relit le texte : c’est un métadiscoursCela suppose que ce n’est pas la première fois qu’ils se parlent
3« contrée fertile et agréable » (l. 2)Topos (cliché, lieu commun) du paradis terrestreLes Espagnols ont une vision de l’Amérique du Sud comme un endroit intéressant, où s’établir et merveilleux
4« ils leur demandaient des vivres (…) et de l’or » (l. 6-7)Topos de l’EldoradoLes Espagnols viennent pour conquérir les terres des Indiens et s’enrichir

Enfin : Elaborer le plan détaillé du commentaire composé

Introduction (rappel de la problématique et annonce du plan)

Choix de problématique : De quelle manière Montaigne représente-t-il les Espagnols dans ce texte ?

  1. Les procédés utilisés par les Espagnols pour convaincre et persuader les Indiens
  2. Pour convaincre (1 à 2 procédés littéraires) => ligne 2 du tableau
  3. Pour persuader (1 à 2 procédés littéraires) => ligne 1 du tableau
  1. La vision que les Espagnols ont des Indiens
  2. Positive (1 à 2 procédés littéraires) => ligne 3 du tableau
  3. Négative (1 à 2 procédés littéraires) => ligne 4 du tableau

Conclusion : Rappel de la problématique, du plan et ouverture sur une autre oeuvre, une autre question…

Par ailleurs, voici enfin un exemple d’explication linéaire de ce même texte :

Fr 1res – Cours du 5 novembre : Exposés sur les Amazones

Vous trouverez ci-joint les exposés de Mle Roquemont, Mle Mourani, Mle Gay et Mle Boullet :

Sur les Amazones

A propos des femmes chasseresses en Amérique, voici un point sur les découvertes récentes de l’archéologie :

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/11/09/il-y-a-9-000-ans-des-femmes-chassaient-dans-toute-l-amerique_6059132_1650684.html?s=03

Et voici un lien vers l’émission La Grande librairie du 11 novembre dans laquelle le paléontologue Pascal Picq éclaire la question des femmes guerrières en Amérique du Sud (de 4:00 à 5:20)

https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-13/2096521-une-pre-histoire-de-la-domination-masculine.html

Fr 1res – Cours du 5 novembre : Exercice de compréhension du 2e texte de Montaigne, “Des Coches”

3. Deuxième étude de texte : Montaigne, « Des coches », Dialogue entre l’Espagnol et l’Indien

CitationProcédé littéraireSens
1« Le plus grand prince » (l. 4) « toutes les Indes » (l. 6)Hyperbole avec le superlatif absolu (le plus) et le déterminant de totalité (toutes)But de l’Espagnol : impressionner l’Indien à travers l’insistance sur les titres qui font autorité chez lui
2« leurs déclarations habituelles » (l.3)« Habituel » prend un sens nouveau quand on relit le texte : c’est un métadiscoursCela suppose que ce n’est pas la première fois qu’ils se parlent
3« contrée fertile et agréable » (l. 2)Topos (cliché, lieu commun) du paradis terrestreLes Espagnols ont une vision de l’Amérique du Sud comme un endroit intéressant, où s’établir et merveilleux
4« ils leur demandaient des vivres (…) et de l’or » (l. 6-7)Topos de l’EldoradoLes Espagnols viennent pour conquérir les terres des Indiens et s’enrichir
5« ajoutant quelques menaces à ce conseil »Cliché sur les Indiens qui apparaît avec l’histoire de Cortés vu comme une divinitéLes Espagnols pensent que les Indiens sont impressionnables

Oxymore, métaphore, hyperbole, description (par opposition au récit, ou au discours), anaphore, champs lexicaux, connotations (positive, négative, péjorative, méliorative), discours direct/indirect…

Introduction (rappel de la problématique et annonce du plan)

De quelle manière Montaigne représente-t-il les Espagnols dans ce texte ?

  1. Les procédés utilisés par les Espagnols pour convaincre et persuader les Indiens
  2. Pour convaincre (1 à 2 procédés littéraires) : 2
  3. Pour persuader (1 à 2 procédés littéraires) : 1
  1. La vision que les Espagnols ont des Indiens
  2. Positive (1 à 2 procédés littéraires) 3, 4
  3. Négative (1 à 2 procédés littéraires) 5

Conclusion