Fr 2nde et 1re – Cours du 5-6 novembre : Diaporama sur le théâtre antique

Théâtre (supposé) du palais (toujours supposé) de Minos à Cnossos, – 4000
Théâtre antique de Ségeste (Sicilie), – 300
Théâtre antique de Pompéi, – 200
Extrait du Théâtre raconté aux jeunes d’André Degaine, éditions Nizet
L’ivresse dyonisiaque du satyre de Mazara del Vallo (Sicile)

Fr 2nde – Ecrit d’appropriation : l’article de presse de George Duroy (Maupassant, Bel-Ami)

¶ÁÄÀ

“J’étais en service en Algérie pendant vingt-huit mois. Au contact de la population de la région du Mzab, j’ai appris l’arabe et les mœurs de ses habitants. C’est un merveilleux pays où, sous un soleil brûlant, le paysage prend toutes les nuances de l’or. Malgré leur pauvreté, les habitants m’ont accueilli chaleureusement et j’ai mille anecdotes que je vous raconterai plus tard sur leur gentillesse. Mais laissez-moi avant tout vous parler de la terre qui est parfois aussi cher qu’en France et que seuls de riches Parisiens peuvent acheter au détriment des autres. Il y a peu de terres fertiles mais nous avons un grand rôle à jouer pour aider ce pays en lui apportant des engrais et des moyens d’économiser l’eau qui est si précieuse.
La colonisation ne consiste pas à s’imposer coûte que coûte à la population locale.” (Félhia Pouliquen)

Fr 1re – Commentaire linéaire du texte d’André Thévet (intro et première partie)

“Dans le contexte de la découverte du Nouveau Monde et de ses habitants, André Thevet dans Les Singularités de la France Antarctique autrement nommé Amérique, traite d’un peuple vivant dans ce Nouveau Monde. André Thevet est un explorateur et écrivain-géographe du 16e siècle. Dans son texte il décrit le peuple des Amazones et leur mode de vie. Le texte est divisé en trois parties, chaque partie correspondant à un paragraphe. Tout d’abord, dans la première partie, nous apprenons le point de vue, les ressentis et les préjugés des Européens vis-à-vis des Amazones ; puis dans la deuxième partie, nous lisons la description de leur mode de vie ; et pour finir, dans la troisième partie se trouve la description de la manière dont les Amazones font la guerre et dont elles traitent leurs ennemis.” (Camille Bistuer).

“Dans la première partie du texte, le texte est introduit par « Ces » qui est un pronom démonstratif au pluriel.  Dans ce paragraphe, nous pouvons observer que l’auteur fait un aparté sur les historiographes (lignes 2-3).  André THEVET a souhaité mettre en avant les Espagnols. En effet, nous pouvons voir qu’il les décrit positivement. (ligne 1 : « Ces Espagnols firent de si bonnes journées […]).  En revanche, lorsqu’il parle des Amazones il les décrit de manière négative. Il dit que les Amazones sont toutes pareilles. Il porte un jugement sur celles-ci bien qu’elles soient des femmes guerrières fortes et castratrices. Au cours de son récit de voyage, l’écrivain géographe nous livre ses impressions et donne des informations générales. Dans ce paragraphe, nous pouvons déceler une répétition du mot « Amazones ». Il apparaît 3 fois. A travers son texte, il prend le point de vue d’un cosmographe (c’est-à-dire celui du géographe regardant de haut son objet). De plus, nous pouvons remarquer que sut le 1er paragraphe, THEVET parle bien plus des Amazones que des Espagnols. Il cherche à étendre son sujet sur la partie qui est négative” (Yuna de Ridder).

Fr 1re – Exposé : Le mythe des Amazones

Exposé d’Alistair Martin :

Pierre-Paul Rubens, La bataille des Amazones (1617-1618 ; Alte Pinakothek, Munich)

Introduction

Les Amazones sont un peuple de femmes exclusivement. Elles sont des guerrières renommées. Ce peuple est issu de l’union d’une nymphe et d’Arès, le dieu de la guerre, selon la mythologie grecque. Le nom grec « amazone » signifie en grec « celles qui sont privé du sein ». En effet, dans ce mythe, il est dit que les filles étant devenu femmes se coupaient un sein afin de mieux manier l’arc et le glaive. Le mythe nous vient certainement d’Hérodote (historien grec). Certaines de ces histoires sont validées, réelles ; cependant il adhérait aux mythes, ce qui réduit sa crédibilité.

I- Le mythe selon la mythologie grecque

Les Amazones sont au cœur de la mythologie grecque car leur père est le dieu de la guerre. Cependant les Amazones ne vénéraient pas seulement Arès mais également Artémis déesse de la chasse une figure féminine qui leur sert d’exemple. Il est raconté de ce peuple vivait à l’est de la Mer noire. Elles utilisaient les hommes pour assurer leurs descendance ; cependant elles tuaient les nourrissons mâles. Leur but était sur le long terme que les femmes représentent le genre dominant dans le monde. Les Amazones apparaissent à de nombreuses reprises dans la mythologie grecque, notamment dans le 9ème travail d’Hercule où celui-ci doit aller chercher la ceinture d’or appartenant à la reine des Amazones accompagné de Thésée. Les Amazones sont également cité dans l’Iliade à plusieurs reprises.

II- Mythe ou réalité ?

Existe-t-il un fond de vérité dans cette histoire ? Nous savons que dans certaines sociétés, les femmes étaient traitées comme les égales des hommes et faisaient la guerre avec eux. Il est envisageable que le mythe soit une histoires déformée et amplifiée de ces pratiques dans le monde grec, peut-être dans le but de faire monter la crainte des hommes à l’égard du pouvoir accordé aux femmes. Les Amazones ont été qualifiées de « antianeirai », ce qui signifierait « le contraire des hommes ».

  Conclusion

Nous rappelons que le terme « mythe » signifie “construction de l’esprit qui ne repose sur aucun fondement”… Dans la 2ème partie nous n’avons fait qu’émettre une hypothèse car en réalité nous ne pouvons pas affirmer avec des preuves concrètes que les Amazones aient réellement existé.

         Sources utilisées :
dinosoria.com/amazones.htm
mythologica.fr
universalis.fr

HA 2nde – Visites du 10 octobre et du 6 novembre : L’église de Saint Germain en Laye

Notice rédigée par Thaïs Gérome :

“L’église de Saint Germain en Laye est une église paroissiale. Son style est néo-classique. Sa façade représente un fronton triangulaire supporté par six colonnes toscanes, dont quatre alignées et deux en retour. Sur le fronton triangulaire on aperçoit une scène qui symbolise le Jugement dernier”