HA 2nde – Visites du 10 octobre et du 6 novembre : L’église de Saint Germain en Laye

Notice rédigée par Thaïs Gérome :

“L’église de Saint Germain en Laye est une église paroissiale. Son style est néo-classique. Sa façade représente un fronton triangulaire supporté par six colonnes toscanes, dont quatre alignées et deux en retour. Sur le fronton triangulaire on aperçoit une scène qui symbolise le Jugement dernier”

HA 2nde – Cours du 16 octobre : Les styles

Vierge à l’enfant romane de l’église d’Orcival (Puy-de-Dôme)
Frères de Limbourg, Les très riches Heures du duc de Berry, Saint Jean l’Evangéliste (XVe siècle, gothique international)

“La danse des Sauvages” des Indes galantes de Rameau (XVIIe s., baroque) revisité par Clément Cogitore et des danseurs contemporains (krump)

Fr 2nde – Cours du 15 octobre : Conclusion du chapitre sur la Littérature d’idées

Le genre argumentatif prend une nouvelle forme au XIXe siècle avec le développement du journalisme. Beaucoup d’écrivains commencent leur carrière en rédigeant des articles (Zola, Baudelaire, Hugo). Le registre littéraire employé dans ces articles est varié : polémique, didactique, satirique, délibératif. Au XXe siècle, la presse conserve un pouvoir important sur l’opinion des lecteurs. Certains écrivains choisissent alors de s’engager en publiant des articles où ils défendent une cause : Sartre, Camus, Alleg sont les plus remarquables de ces auteurs. Aujourd’hui, la presse continue d’être une tribune pour certains écrivains même si leur engagement se porte de plus en plus vers les réseaux sociaux et internet.

Fr 1re – France culture : Les Indiens d’Amazonie en littérature

Un article de la radio France culture sur le thème des Cannibales et du bon sauvage :

https://www.franceculture.fr/litterature/cannibale-bon-sauvage-sujet-detude-lindien-damazonie-dans-la-litterature

Vous trouverez aussi différents podcasts (sur Montaigne, Lévi-Strauss…) et une vidéo sur les Indiens d’Amazonie :

https://www.franceculture.fr/ecologie-et-environnement/indiens-damazonie-un-autre-rapport-a-la-nature

Fr 1re – Méthodologie de la dissertation

En quoi Montaigne pose-t-il un regard personnel sur le monde dans les Essais ?

NB : Les mots clés sont en gras.

Exemple de plan :

I .Montaigne porte un regard personnel sur le monde dans les Essais car il insiste sur ce qu’il voit avec des descriptions, des métaphores, des images

  1. Avec des descriptions

« Des Cannibales », l. 6 du texte 1 : description des coutumes, un prisonnier est attaché avec une corde => rendre son argumentation imagée

2. Avec des métaphores

« Des coches », p. 141, l. 646 : « Boucherie indistincte » => sens figuré (syllepse de sens), à propos de la manière dont les Portugais massacrent les Indiens => Montaigne fait usage d’une pensée par image pour juger du comportement des Européens

3. Avec des images

« Des Cannibales » « Des Coches » : image de la tête au bout d’un pieu devant l’habitat d’un Indien => Montaigne porte un regard lucide/franc/cru/sans concession sur la conquête du Nouveau Monde

II. Montaigne porte un regard personnel sur le monde dans les Essais car il propose des opinions originales, inédites, singulières

  1. Première opinion originale (qu’il est le seul à proposer)

On ne reconnaît pas notre propre barbarie : « Des Cannibales », « Je ne suis pas marri que nous remarquions l’horreur barbare qu’il y a en une telle action mais certes bien de quoi (…) nous soyons si aveugles aux nôtres » => Contrairement à Pero Vaz de Caminha, Montaigne valorise les Indiens et critique les Européens

2. Deuxième opinion inédite

« Des Cannibales », l. 23 : « Il y a plus de barbarie à manger [quelqu’un] vivant que (…) mort » => Montaigne défend le cannibalisme indien contre l’anthropophagie européenne

3. Troisième opinion singulière

« Des coches » : le Nouveau monde n’est pas « enfant » contrairement à ce que disent les contemporains de Montaigne => Montaigne pointe du doigt une erreur que font ses contemporains en s’imaginant plus avancés que les autres

OU

I. Montaigne porte un regard personnel sur le monde au sens des lieux dans les Essais

  1. Sur le Nouveau monde

« Des Cannibales » : le Nouveau Monde n’est pas un continent perdu mais est une terra incognita => Montaigne admet que l’Histoire ancienne n’a pas tout dit, malgré son respect pour la culture antique

2. Sur la géographie du monde en général

« Des Cannibales » : « Ce nouveau monde n’est pas une île mais un continent » => Montaigne propose une idée à contre-courant des savoirs de son époque car il a rencontré un compagnon de l’explorateur Villegagnon

3. Sur l’Ancien monde/l’Europe

« Des Cannibales » : « Nous les pouvons donc bien appeler barbares, eu égard aux règles de la raison, mais non pas eu égard à nous, qui les surpassons en toute sorte de barbarie » =>  Montaigne défend l’idée, originale, que les deux mondes se ressemblent en barbarie

II. Montaigne porte un regard personnel sur les habitants du monde dans les Essais

  1. Sur les habitants du Nouveau Monde

« Des cannibales » : « Mais quoi ! ils ne portent pas de haut-de-chausse ! » => tous les hommes sont identiques en raisonnement, quel que soit leur vêtement.

2. Sur les Européens

« Des Cannibales », l. 23 : « Il y a plus de barbarie à manger [quelqu’un] vivant que (…) mort » => Montaigne défend le cannibalisme indien contre l’anthropophagie européenne et il évoque l’anthropophagie pendant les Guerres de Religion.

3. Sur l’être humain en général

« Des cannibales » : chacun appelle barbare ce qui n’est pas sa coutume => Montaigne fait preuve de relativisme culturel.

Fr 1re – Les récits de voyage : émission La Grande Librairie

L’émission de La Grande Librairie du 9 octobre traite de l’écrivain voyageur Sylvain Tesson, de la Colombie avec un roman noir de Caryl Ferey et des rapports entre les Amérindiens et les Blancs avec Jim Fergus :

https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-12/1073847-quete-d-ideal-soif-d-aventure.html