Hum 1res – Cours du 10 novembre : Introduction au chapitre 2, L’autorité de la parole

L’autorité se définit de différentes manières.

Selon Gisèle Halimi, c’est la parole du choc qui fait autorité. Cette parole associe la raison (la conviction) et les émotions (la persuasion). Ce qui emporte l’adhésion des juges au procès de Bobigny, c’est le fait de dire des vérités qui étaient passées sous silence jusque là.

Selon Roger Bacon, l’autorité peut représenter un danger. En effet, elle fait partie des 3 causes possibles d’une erreur, avec l’habitude et le conformisme. L’autorité d’une parole, comme celle d’Aristote, ne doit être acceptée que si elle est conforme à la vérité. Il faut même préférer la vérité à l’amitié selon Bacon.

Selon Frédéric Worms, l’imagination fait souvent autorité dans les théories du complot. Mais la raison peut l’emporter car c’est elle qui définit l’être humain : « il ne faut pas désespérer de la vérité ».