HdA 2nde – Cours du 25 mars : l’Antiquité vue par le XVIIe siècle

Simon Vouet, Les muses Uranie et Calliopé

Nous consacrons cette deuxième semaine de cours à distance par une séance sur la présence de l’Antiquité au XVIIe siècle.

* Vous aviez plusieurs choses à faire pour aujourd’hui :

1) Dans le paragraphe recopié vendredi, souligner les mots et passages importants.

2) Faire une carte mentale à partir de ce paragraphe.

3) Consulter le blog et trouver quelle œuvre représente chaque image.

Voici les réponses, de gauche à droite et de haut en bas : David de Michel Ange, le Parnasse de Mantegna, l’Homme de Vitruve de Vinci, L’école d’Athènes de Raphaël, la Domus aurea et la Naissance de Vénus de Botticelli.

* Voici le travail à réaliser aujourd’hui :

1) Ecrire dans le cahier de cours le titre suivant : « 5. L’Antiquité vue par le XVIIe siècle »

2) Recopier ou imprimer et coller les paragraphes suivants :

« L’Antiquité, qui a nourri l’imaginaire des peintures, sculpteurs, architectes et écrivains au XVIe siècle de manière très appuyée, ne disparaît pas des esprits au XVIIe siècle.

Le siècle de Louis XIII et de Louis XIV hérite de celui de François 1er, Henri II et Henri IV un penchant pour la mythologie. A la Renaissance du XVIe siècle, Henri II avait fait représenter sa maîtresse, Diane de Poitiers, sous les traits de Diane chasseresse, et les auteurs de la Pléiade avaient remis au goût du jour le théâtre à l’antique en composant des tragédies humanistes sur des thèmes mythologiques (Robert Garnier écrit Hippolyte ou encore Antigone). Au XVIIe siècle, Louis XIV fait décorer les jardins de Versailles de sculptures représentant des mythes, comme dans le bassin de Latone ou le bassin de Neptune (Ovide et ses Métamorphoses sont très lus à la cour) ; Racine comme Corneille proposent des pièces théâtrales inspirées des mythes, comme Médée pour Corneille, Phèdre pour Racine, entre autres, et Fénelon propose un roman éducatif pour le dauphin qui reprend l’histoire de Télémaque, le fils d’Ulysse, dans Les Aventures de Télémaque.

Mais c’est aussi de l’Histoire antique que s’inspirent les artistes du XVIIe siècle. Cette inspiration se trouvait déjà au XVIe siècle en France : Robert Garnier a écrit une pièce intitulée Cornélie et une autre consacrée à Marc Antoine. Au XVIIe siècle, Racine rédige Bérénice, Britannicus ou encore Mithridate ; Corneille compose Cinna. Tous ces personnages sont liés à l’Histoire antique, plus particulièrement romaine. A Versailles, les bustes d’Empereur sont nombreux ; on trouve également des bustes à l’antique, soit des représentations de personnes de l’époque selon le format utilisé pour représenter les Empereurs à l’Antiquité. On appelle Versailles la « nouvelle Rome » et c’est à Rome qu’est fondée l’académie de peinture française : elle existe encore aujourd’hui, c’est la Villa Médicis.  Poussin, notamment, se forme en Italie, comme Simon Vouet et Charles Lebrun, peintres français du Grand siècle qui exploiteront des sujets mythologiques. Louis XIV prend pour emblème le soleil associé au dieu Apollon. On fait d’ailleurs représenter des ballets où dansent des personnages mythologiques : le roi lui-même fait partie des danseurs.

En musique, on trouve moins d’inspiration antique que dans les autres arts : Au XVIe siècle, Monteverdi avait écrit l’Incorazione di Poppea, qui met en scène l’empereur Néron et sa femme Poppée, et avait inventé le genre de l’opéra avec Orfeo. Au XVIIe siècle, Jean-Philippe Rameau compose des opéras comme Hippolyte et Aricie ou Castor et Pollux ; Lully ne livre pas de pièce d’inspiration antique. Haendel, lui, est plus prolifique sur ce plan : il compose des opéras sur Agrippine, Xerxès, Bérénice et des oratorios comme Acis et Galatée, entre autres… »

3) Ecouter les exposés, regarder le diaporama et les vidéos suivantes pour mieux comprendre le cours ; vous prendrez des notes à partir de ces documents et vous intégrerez ces prises de notes à votre cours :

– Je vous renvoie vers cet excellent article du château de Versailles sur l’inspiration romaine à Versailles ;

– A propos de la référence à l’Antiquité au XVIIe siècle en général et dans la peinture française en particulier, je vous demande de regarder un documentaire sur le peintre Poussin.

* Voici le travail à réaliser pour mercredi prochain :

1) Soulignez les mots importants des paragraphes copiés aujourd’hui et faites-vous une fiche pour les mémoriser.

2) Faites l’analyse de l’œuvre suivante dans votre cahier d’exercice : Nicolas Poussin, Paysage avec Polyphème.

Nicolas Poussin, Paysage avec Polyphème

2) Trouvez un tableau d’un peintre français, italien ou flamand du XVIIe siècle représentant un sujet mythologique et envoyez-le sur le groupe WhatsApp de la classe. Vous obtiendrez une note bonus.

* Pour rappel, certains élèves devaient passer un exposé vendredi ; sauf erreur de ma part, je n’ai toujours pas reçu leur fichier audio :

  1. Mle Fontaine devait me présenter un exposé sur le mythe antique de son choix ;
  2. M. de Saint Mars devait me présenter l’analyse de l’œuvre qu’il avait choisie en début d’année.

Sont au programme de cette semaine les personnes suivantes :

  • M. Ferrer doit me présenter l’analyse de l’œuvre qu’il a choisie en début d’année.
  • Mle Scherer doit me présenter un exposé sur Charlemagne et son héritage ; M. Artru doit me présenter un exposé sur les cathédrales.

Mle Fontaine, M. de Saint Mars, M. Ferrer, Mle Scherer et M. Artru, merci de m’adresser votre fichier audio par mail à relecturhelp@gmail.fr ou, si vous n’y arrivez pas, sur le groupe WhatsApp de la classe. Je mettrai les meilleurs en ligne, avec votre accord, sur mon site http://relecturhelp.fr.

* Concernant les notes, pour leur analyse d’œuvre présentée à l’oral en classe ou en audio à distance, M. Artru obtient la note de 18/20, M. Cooper la note de 14/20, Mle Scherer la note de 15/20 (quelle a été votre source ? car l’analyse est excellente mais je ne reconnais pas votre style…) ; M. Delmas obtient la note de 14/20 ; Mle Cornetet obtient la note de 18/20. Je mets le paragraphe de Mle Rinck et sa note en ligne. Merci à eux pour leur travail, de grande qualité !!

* Voici enfin un programme de visionnage pour prolonger le cours :

1) En VOD : La série Versailles, tournée en partie au château de Maisons-Laffitte ; le film Le roi danse, qui montre la passion pour la danse de Louis XIV et l’inspiration mythologique de l’époque.

2) Sur Arte replay (aussi sur YouTube) : les coulisses d’un jeu vidéo sur Versailles ; un documentaire sur la construction du château de Versailles.

4) Sur Netflix : je n’en ai pas trouvé ! Vous me direz si vous faites mieux que moi…

Bon travail et bon courage à vous tous ! Mme Pinel.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *