HLP 1res – Cours du 29 septembre : Dialogue entre un philosophe et un orateur

“Philosophe : Moi, philosophe, je critique, je me questionne sur le monde, la connaissance et l’existence humaine. Et toi l’orateur, sans nous les philosophes, tu ne pourrais pas convaincre…

Orateur – Mais mon cher philosophe, je ne convaincs pas mon auditoire, je le persuade. La différence entre nous n’est que peu importante. Je réussirai par la maîtrise de mon art à convaincre mes interlocuteurs. Vous les maîtres-penseurs depuis des siècles, comment amadouez-vous vos sujets ?

Philosophe – Pas besoin d’amadouer. J’expose ma vérité : je suis un homme qui oppose la nature à la loi, la raison à l’usage, la conscience à l’opinion et le jugement à l’erreur. Il suffit juste à l’homme de réfléchir par lui-même, “je pense donc je suis” (Descartes).

Orateur – Réfléchir, penser… A-t-on réellement besoin de tout cela ? Il suffit uniquement d’être convaincant, d’être persuasif, brillant, talentueux, habile… Moi je pense qu’il n’y a pas de vérité : chacun pense ce qu’il veut.”

Romane Fontaine

“Orateur – Être orateur ce n’est pas simplement parler fort et distinctement. Il faut avoir une certaine aisance et croire en nos discours ; cela demande du travail, ce n’est pas inné. Vous qui êtes philosophe, vous pensez mieux exercer ma propre discipline ?

Philosophe – Je pense que oui, certainement. Après tout, ce n’est pas si compliqué que ça de parler très fort devant plusieurs dizaines de personnes. Par exemple, moi qui suis philosophe, je peux vous dire que ma discipline n’est pas donnée à tout le monde, il faut avoir une grande ouverture d’esprit et aussi savoir se tourner vers le monde et tout ce qui nous entoure. On naît philosophe, on ne le devient pas.

Orateur – Vous dites donc que votre travail de philosophe est tout simplement inné ? Ne croyez donc pas que le travail d’orateur soit si insignifiant. Il faut pouvoir combattre la timidité qui sommeille en nous tous.

Philosophe – Oui, tout à fait, je pense que la philosophie est innée, mais elle réside bien évidemment dans le savoir. Je ne le trouve pas insignifiant, ce n’est tout simplement pas un métier qu’on acquiert dès la naissance.”

Léa Bourgeois.

HLP 1res – Cours du 17 septembre : Qu’est-ce que l’éloquence ?

EloquenceRhétoriqueParoleOrateur
Larousse (numérique) : Art, talent de bien parler, de persuader ou de convaincre par la parole Autre : Qualité de ce qui, sans parole, est expressif Larousse (papier) : Talent de bien dire, d’émouvoir, de persuader par la paroleArt de bien parler, technique de la mise en œuvre des moyens d’expression ; la rhétorique est à la fois la science et l’art de l’action du discours sur les esprits. Le mot provient du latin rhetorica qui se traduit par technique, art oratoire ; la rhétorique grecque telle qu’elle fut pratiquée par les sophistes et codifiée par Aristote se préoccupait principalement de persuader.Larousse (papier) : Faculté naturelle de parler propre à l’être humain. Larousse (numérique) : Elément du langage articulé ; pensée exprimée à haute voix ; engagement ou promesse (je te donne ma parole). (Internet) : Faculté d’exprimer, de communiquer la pensée au moyen du système des sons, du langage articulé émis par les organes phonateurs.Google : Personne qui compose et/ou prononce des discours. (Internet) : Personne éloquente qui sait parler en public.  

L’éloquence est l’art de persuader ou de convaincre par la parole en émouvant, instruisant, plaisant.

La rhétorique est la science et l’art de l’action du discours sur les esprits ; elle insiste sur la persuasion.

La parole est l’utilisation du langage articulé, le plus souvent à voix haute.

L’orateur est celui qui compose et/ou prononce un discours éloquent.

Hum 1re – Cours du 29 mai : Chapitre “L’homme et l’animal”

Nous menons cette semaine de cours à distance pour la spé Humanités en nous consacrant à l’intro du chapitre “L’homme et l’animal”.

* Vous aviez à faire les exercices suivants pour aujourd’hui :

Préparez un dossier de presse et rédigez un article.

Merci à Mle Jaffre pour son envoi !

* Voici le cours d’aujourd’hui :

1) Notez « Chapitre 6 – L’homme et l’animal » puis « Introduction – Les bestiaires »

2) Recopiez le paragraphe suivant : « Les rapports entre l’homme et l’animal sont en perpétuelle évolution. Si les animaux sont très représentés dans la mythologie antique, notamment dans les Métamorphoses d’Ovide, le Moyen Âge repense la vision que l’homme a de l’animal. A cette époque, tout est considéré comme symbolique. L’animal va donc symboliser quelque chose, moralement ou spirituellement, de manière parfois surprenante ! Ces significations des animaux sont compilées dans des bestiaires. Au XVIIe siècle, plusieurs philosophes pensent que l’animal ne reçoit pas de douleur. L’animal est parfois représenté dans les fables, d’Esope à La Fontaine,  sous forme de personnification ; on trouve également ce procédé dans le Roman de Renart. Il faut attendre le XXe siècle pour que l’animal soit considéré différemment : si la question du végétarisme était déjà soulevée au XVIe et au XVIIe siècle, c’est avec la théorie de l’évolution, qui met en avant la continuité entre homme et animal, et avec la prise de conscience écologique et de la nécessité de protéger des espèces de l’extinction, que l’animal commence à être considéré comme un autre de l’homme. L’homme a toujours été un animal (déjà chez Aristote : « l’homme est un animal politique »). Au XXIe siècle, c’est l’anti-spécisme qui prend de l’essor : ce terme désigne le refus de la hiérarchie entre les espèces. Y aura-t-il bientôt des droits accordés aux animaux ? »

3)Lisez ces documents suivants, qui sont deux bestiaires : Michel Pastoureau fait la synthèse des bestiaires médiévaux et Alexandre Vialatte, chroniqueur du XXe siècle, reprend cette tradition pour la décaler et la rendre à la fois très fine et très drôle !

* Vous avez à faire les exercices suivants pour vendredi prochain :

Lisez les textes de Michel Pastoureau et d’Alexandre Vialatte et dressez la liste des points communs et des différences entre leur définition du cheval.

Si vous le sentez, écrivez votre propre notice sur le cheval !

Hum 1re – Cours du 15 mai : Conclusion du chapitre “Décrire, figurer, imaginer”

Nous menons cette semaine de cours à distance pour la spé Humanités en nous consacrant à la fin du chapitre sur « Figurer, décrire, imaginer ».

* Vous aviez à faire les exercices suivants pour aujourd’hui :

Reprenez la problématique que vous avez trouvée pour le film, la série ou le livre que vous avez choisis et traitez-la :

  1. Trouvez deux arguments pour une réponse positive à votre question et tirez deux exemples tirés de l‘œuvre choisie (sous forme de photo d’écran ou de page de livre avec un commentaire) ;
  2. Trouvez deux arguments pour une réponse négative à votre question et tirez deux exemples tirés de l‘œuvre choisie (sous forme de photo d’écran ou de page de livre avec un commentaire) ;
  3. Organisez ces réponses et exemples sous forme de document powerpoint ou, pour les plus versés dans le numérique, de vidéo.

Merci pour les excellents travaux de Mle Bouillie, Mle Olivier, Mle Bernard, Mle Jurkew et Mle Antona !! Je les mets en ligne. Un grand bravo tout particulier à Mle Antona pour son excellent travail de montage : je suis impressionnée (malheureusement le fichier est trop lourd pour que je le mette en ligne) !! Vous obtenez 20/20 : ces notes seront mises comme non significatives mais seront prises en compte dans vos appréciations de troisième trimestre.

Sauf erreur de ma part, il me manque les réponses de Mle May, Mle Aghilas et M. Rescica pour l’exercice qui était à rendre à la rentrée. Vous pouvez me les faire parvenir par mail à relecturhelp@gmail.com !

* Voici le cours d’aujourd’hui :

1) Notez « Conclusion – Rôle et limites de l’imagination dans la connaissance » 

3) Recopiez le paragraphe correspondant à la « Question 20 » dans votre manuel, p. 245.

4) Regardez le sketch suivant sur le monde d’après le confinement vu comme un monde dystopique. Vous répondrez ensuite en deux phrases à la question : « en quoi, dans notre situation actuelle, la réalité rejoint-elle la fiction ? »

* Voici ce que vous avez à faire pour vendredi 30 mai :

Cherchez des images ou vidéos, humoristiques ou non, sur internet et sur les réseaux sociaux, qui parlent de l’aspect dystopique de notre situation présente.

Mettez-les sur un seul document (sous forme d’insertion d’image ou de lien hypertexte) pour constituer un dossier de presse. Vous ferez précéder chaque document d’un titre et d’une phrase de présentation. Vous prendrez soin d’indiquer la source du document (adresse web), sa date de création et son auteur (quand il est connu).

A la fin de votre dossier de presse, rédigez un court article pour répondre à la question « en quoi, dans notre situation actuelle, la réalité rejoint-elle la fiction ? ». Votre article fera 2000 signes maximum (c’est-à-dire une quinzaine de lignes en police 12 interligne simple).

Vous pouvez choisir de me rendre cet article sous forme écrite, sous forme d’une chronique radio (fichier audio) ou d’une chronique télé ou web (fichier vidéo). N’oubliez pas de me rendre aussi votre dossier de presse. Amusez-vous !!

Hum 1re – Cours du 1er mai (et oui) : De Pascal à la dystopie

Ma nuit chez Maud, film d’Eric Rohmer qui parle beaucoup de Pascal..;

Nous menons cette semaine de cours à distance pour la spé Humanités en nous consacrant à la suite du chapitre sur « Figurer, décrire, imaginer ».

* Vous aviez à faire les exercices suivants pour la semaine dernière :

1) Lisez un des ouvrages suivants (si vous ne l’avez pas chez vous, vous pouvez le trouver en version gratuite sur internet) ou regardez un des films suivants. Indiquez-moi votre choix sur le post Insta qui indique que le programme de travail en HLP avant les vacances. Trouvez un sujet d’essai en rapport avec le chapitre « Décrire, figurer, imaginer » à partir de ce livre ou de ce film sur le même post Insta.

Je complète avec les réponses reçues la semaine dernière :

Mle Jaffre a choisi Le Meilleur des mondes de Huxley. Sa problématique est : En quoi ce texte est-il une contre-utopie ?

Mle Bouillie a choisi l’épisode 1 de la saison 3 de Black Mirror. Sa problématique est : « Dans un monde où la fiction est omniprésente, cette dernière peut-elle être un obstacle à l’ouverture au monde dans un futur proche ?

Mle Olivier a choisi Bienvenue à Gattaca. Sa problématique est la suivante : « En quoi cette projection dans un univers relevant de la fiction est-elle la description d’un potentiel futur pour l’espèce humaine ? »

Mle Raoul-Jourde a choisi Hunger Games. Elle propose la problématique suivante : « Doit-on obéir et rester avec nos semblables ou essayer de s’ouvrir à d’autres horizons ? »

Ces élèves obtiennent toutes la note de 10/10. Cette note ne compte pas au troisième trimestre mais sera prise en compte dans votre appréciation.

Sauf erreur de ma part, il me manque les réponses de Mle May, Mle Aghilas et M. Rescica. Vous pouvez me les faire parvenir par mail à relecturhelp@gmail.com !

* Voici les exercices à faire pour aujourd’hui (vous me pardonnerez de ne pas respecter le férié…):

1) Dans votre manuel de français Passeurs de textes 1res, p. 232 : le texte de Pascal y apparaît, lisez-le avec les notes et tout le paratexte.

2) Répondez aux questions 1, 2, 4, 6, 8, 9 p. 233.

* Voici le cours d’aujourd’hui :

1) A la suite de ce que vous avez noté la dernière fois dans votre cahier de cours, imprimez et collez ou recopiez le corrigé des questions qu’il y avait à faire pour aujourd’hui.

Voici ce corrigé.

2) Notez ensuite « 2. George Orwell, 1984 : les dystopies comme « black mirror » de notre monde » 

3) Regardez la vidéo suivante (rassurez-vous, elle est courte !) et prenez des notes. Il s’agit de définition des termes « utopie », « dystopie » et « contre-utopie ».

4) FACULTATIF – Pour ceux qui en ont le temps et l’envie, voici une émission de France Culture sur les dystopies que vous pouvez écouter et à propos de laquelle vous pouvez prendre des notes dans votre cahier de cours.

Et si vous voulez regarder un film, regardez Ma nuit chez Maud, film d’Eric Rohmer qui parle beaucoup de Pascal !

* Voici ce que vous avez à faire pour vendredi 8 mai :

Reprenez la problématique que vous avez trouvée pour le film, la série ou le livre que vous avez choisis et traitez-la :

  1. Trouvez deux arguments pour une réponse positive à votre question et tirez deux exemples tirés de l‘œuvre choisie (sous forme de photo d’écran ou de page de livre avec un commentaire) ;
  2. Trouvez deux arguments pour une réponse négative à votre question et tirez deux exemples tirés de l‘œuvre choisie (sous forme de photo d’écran ou de page de livre avec un commentaire);
  3. Organisez ces réponses et exemples sous forme de document powerpoint ou, pour les plus versés dans le numérique, de vidéo. Vous me les enverrez sur mon adresse mail relecturhelp@gmail.com et je mettrai les meilleurs en ligne sur le blog du cours.
  4. Faites-vous plaisir ! Vous avez le droit d’être originaux 😉 !

Hum 1re – Cours du 25 avril : L’imagination vue par Pascal

Nous menons cette troisième semaine de cours à distance pour la spé Humanités par une séance sur la suite et la fin de notre chapitre sur la rencontre des cultures.

* Vous aviez à faire les exercices suivants pour aujourd’hui :

1) Lisez un des ouvrages suivants (si vous ne l’avez pas chez vous, vous pouvez le trouver en version gratuite sur internet) ou regardez un des films suivants.

2) Indiquez moi votre choix sur le post Insta qui indique que le programme de travail en HLP a été publié d’aujourd’hui.

3) Trouvez un sujet d’essai en rapport avec le chapitre « Décrire, figurer, imaginer » à partir de ce livre ou de ce film. Là aussi, vous me l’indiquerez sur le même post Insta.

Mle Jurkew a choisi 1984 d’Orwell et a proposé les problématiques suivantes : « En quoi la société décrite y est-elle dystopique ? Quelles peurs y sont révélées sur la société contemporaine ? »

Mle De Ridder a choisi les trois derniers épisodes de la saison 5 de Black Mirror, « Striking VIpers », « Smithereens » et « Rachel, Jack et Ashley too ». Elle en tire la problématique suivante : « Le miroir peut-il servir pour décrire ou figurer une personnalité ? »

Mle Antona a choisi l’épisode 1 de la saison 3 de Black Mirror, « Chute libre ». La problématique qu’elle propose est la suivante : « Faut-il être parfait pour être aimé de tous ? ».

Mle Bernard a choisi le film et le livre Hunger Games. La problématique qu’elle en a extraite est la suivante : « Peut-on idéaliser un monde comme celui-ci et fermer les yeux devant l’évolution de nos normes morales ? ».

Mle Wolf a choisi un épisode de Black Mirror. Elle en a tiré la problématique suivante : “Le jugement des autres influence-t-il notre façon d’être ?”

Ces élèves obtiennent toutes la note de 10/10. Cette note ne compte pas au troisième trimestre mais sera prise en compte dans votre appréciation.

Bravo pour les travaux que vous m’avez rendus ! Je vous donne vos notes la semaine prochaine.

 * Voici le cours d’aujourd’hui :

1) A la suite de ce que vous avez noté la dernière fois dans votre cahier de cours, écrivez « I. Faut-il se méfier de l’imagination pour décrire au monde ? a. Blaise Pascal, Pensées, sur l’imagination » 

5) Regardez la vidéo suivante (vidéo 1) et prenez des notes. Il s’agit d’un épisode de l’émission « Les nouveaux chemins de la connaissance » de France culture sur l’imagination chez Pascal.

* Voici les exercices à faire pour vendredi 15 mai :

1) Dans votre manuel de français Passeurs de textes 1res, p. 232 : le texte de Pascal y apparaît, lisez-le avec les notes et tout le paratexte.

2) Répondez aux questions 1, 2, 4, 6, 8, 9 p. 233. Je vous enverrai le corrigé la semaine prochaine.